Gabriel

Dans la nuit du 12 au 13 juin 2004, Gabriel a rejoint le Père. Il avait 4 mois de grossesse.

Nous avons célébré son enterrement au Clos Saint Joseph à 18h dimanche 13 juin 2004.
La prière de l’Église est très riche pour les enfants mort-nés.

Prière pour un enfant mort-né

Croix

Seigneur,
tu seras le seul à connaître vivant
cet enfant que la mort nous arrache à sa naissance.
Mais, avant même d’être né,
n’était-il pas aimé ?
Toi qui l’aimes aussi depuis le commencement,
nous te prions :
Puisqu’il n’a pu vivre auprès de nous,
fais-le vivre auprès de toi
pour les siècles des siècles.

Rose dorée

Prière pour un petit enfant non encore baptisé

Ange demandant le silence

Frères,
recommandons à dieu cet enfant,
et unis par l’amitié,
joignons notre prière à celle de ses parents.
Ils pleurent l’enfant qu’ils ont perdu
mais, avec confiance,
nous le remettons à Dieu.
Recueillons-nous en silence
dans l’espérance que nous donne
l’amour du Seigneur.

Bougie et feuilles mortes

Vos témoignages

  • Grand’père. 17 novembre 2006 08:52

    Depuis que je le connais, Gabriel, mon petit-fils chéri, m’accompagne et participe au chemin de guérison que j’accomplissais et accomplis encore autour du deuil de nos enfants, des « fausses couches » disait-on alors, commençé il y aura bientôt quarante ans. Le père de Gabriel est aussi un de nos fils et il m’aide en me proposant des liens vers des sites parlant de deuil et de vie. En voici quelques-uns :

    http://planete-elea.over-blog.com/categorie-360812.html

    http://lenfantsansnom.free.fr/

    Je vous embrasse tous. Grand’père.

  • > Gabriel 20 décembre 2005 09:30, par Grand’père.

    Deux garçons, des hommes maintenant, sont nés de notre amour ; nous avons aussi désiré et espéré plusieurs autres enfants qui n’ont pas pu connaître la vie au monde et qui, depuis, restent dans nos cœurs à la fois comme une présence affectueuse et joyeuse et aussi comme une souffrance sans consolation possible.

    Depuis nous nous rejoignons par la pensée et la prière en attendant de partager l’éternité de l’Amour.

    Nos « enfants au ciel » bien que baptisés d’intention nous ont tous été enlevés, sans possibilité de deuil, dans l’indifférence ou, parfois, la réprobation du personnel d’une clinique.

    Quand j’ai connu Gabriel, mon petit-fils chéri, la douleur de la séparation a été diminuée et mon deuil est devenu possible quand j’ai su que vous, ses parents et quelques amis aviez pu l’inhumer avec le recueillement d’un moment d’accompagnement dans la prière.

  • > Gabriel 8 décembre 2005 00:08, par Nathalie Couture

    Je voulais te dire l’émotion que j’ai ressentie en visitant cette page dédiée à Gabriel. Il s’en dégage une atmosphère de paix qui me semble à moi encore inacessible.

    Il y onze ans, bientot,le 31 décembre notre deuxième fille, Agathe, nous a quitté après avoir passé 2 semaines seulement parmi nous.

    C’est de croiser, à ce moment là , des personnes comme toi et Agnes, que je ne connais pas, habitées par cette foi dont vous témoignez, qui m’ont donné la force de surmonter l’épreuve et aussi l’envie d’entammer une préparation au baptème.

    Sans doute me faudra-t-il arriver à pardonner pour accueillir un jour vraiment cette grâce.

    Nathalie