Poster un message

En réponse au message :

Démarchage téléphonique

Le jeudi 10 juin 2010

D’abord merci pour les conseils de ce site !

Bravo groumf ! Nous subissons les mêmes appels à la maison depuis quelques mois, et c’est toujours la même voix féminine : une jeune femme qui parle un excellent français, avec toutefois un très léger accent, sans doute asiatique. Cette femme est de la super-glu mais comme toutes les colles elle rencontre des matières sur lesquelles elle glisse, comme ma femme et moi. Elle est pourtant prête à insister, de façon polie mais un peu agressive. J’essaye de toujours la laisser raccrocher la première, et je crois que j’ai presque toujours réussi (c’est important pour le mental).

Elle propose à chaque fois quelque chose de différent. J’imagine que son centre d’appel doit traiter une liste de numéros pour des commanditaires très variés. Du coup, par périodes, on a la totale, que vous avez très bien évoquée, groumf.

Les employés des centres d’appel (qui doivent travailler pour vivre, je le reconnais) sont apparemment formés par des cadres un peu simplets. Leur discours à l’égard des employés, c’est du genre « si vous n’insistez pas lourdement, vous êtes virés », comme le dit un autre intervenant.

Mais moi, au contraire, plus on insiste, plus je vire définitivement l’idée de traiter avec mon interlocuteur. (Enfin, de toute façon, je répondrai toujours « non » à tout démarchage téléphonique).

Les cadres mal-marketants devraient savoir qu’il y a plusieurs tempéraments (de valeur humaine égale, bien sûr) chez les victimes de harcèlement commercial :

  • Ceux qui restent polis mais finissent par se laisser convaincre à l’usure. Je les comparerais à une racine qu’on a du mal à enlever mais qu’on a beaucoup de chance d’avoir en y revenant tous les jours. (Les cadres simplets connaissent)
  • Ceux qui protestent violemment, voire insultent le correspondant (ce n’est pas bien) et découragent tout de suite. Je comparerais à un râteau sur lequel on a mis le pied.(les cadres simplets reconnaissent). C’est sûrement le plus efficace mais à utiliser en dernier recours seulement.
  • Ceux qui restent polis tout en montrant un agacement certain, ont l’air accessibles mais bouillent intérieurement. Ceux-là mijotent in petto toutes sortes de parades, et se demandent (non sans une certaine jouissance) comment ils vont bien pouvoir mêler ruses séculaires et moyens informatiques modernes pour faire cesser ces abus. Je comparerais aux plantes urticantes qu’on tripote sans se douter des inconvénients à venir. (Les cadres simplets ignorent complètement ce « client » du 3e type).

Pour en revenir à cette femme qui nous appelle (et qui est devenue pour moi presque une deuxième femme - il faut que je lui demande son numéro de portable perso), elle procède ainsi :

Comme on reconnaît tout de suite son plan nul, on commence par dire « non, ça ne nous intéresse pas », sur un ton très las et blasé. Alors, la voix dit « Mais vous ne savez même pas ce que je vais vous proposer ». La dernière fois, je me suis exclamé « ça commence à bien faire, c’est toujours la même voix, c’est du harcèlement » !. Du coup, elle a raccroché aussitôt.

Plusieurs fois, j’ai laissé le téléphone posé sur mon bureau dès que j’ai reconnu sa voix. En plus, mon téléphone affiche le numéro du correspondant, en l’occurrence « appel masqué ». Du coup, elle appelle parfois en laissant le numéro s’afficher. La dernière fois, c’était le 01 78 81 09 40, le 8 juin 2010 à 18h 44. La même voix (très reconnaissable) avait appelé sans numéro masqué depuis le 01 77 70 15 00, le 29-4-2010 vers 14h).

Si je trouve le moyen de déposer une plainte, je n’hésiterai pas un instant et le ferai avec les mêmes conviction et ténacité que celles de ceux qui nous démarchent ainsi.

Je pense prochainement demander à cette opératrice les nom et adresse de la société pour laquelle elle « prospecte ». J’écrirai ensuite à cette société pour lui dire : ********* Monsieur, Nous avons récemment été l’objet d’un démarchage téléphonique désagréable parce que très insistant. La personne qui nous a appelés nous a contactés pour nous présenter vos produits. Je tiens à vous faire savoir, Monsieur, que jamais je ne traiterai avec quelque entreprise que ce soit à la suite de ce type de démarchage, qui tourne vite au harcèlement téléphonique. C’est donc avec regret que je vous informe, Monsieur, que, quelle que soit la qualité de vos produits, il est maintenant hors de question que j’envisage de faire appel à une société qui s’est fourvoyée dans l’emploi de représentants aussi invasifs.

Veuillez recevoir, Monsieur, mes salutations distinguées. ********* Reste bien sûr à obtenir à chaque fois le nom de la société (et pas un faux…). On peut demander les numéros SIREN et SIRET.

Rajouter votre témoignage

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?

Votre adresse email ne sera pas rendue publique sur le site. Seuls les commentaires sont publiés sur le site. Votre adresse mail est nécessaire pour que nous puissions vous répondre si vous avez une question personnelle.

Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.