La vieille dame qui avait choisi le bonheur

Le bonheur est un choix, pas une fatalité

Une dame dont le mari est décédé, s’est vue dans l’obligation d’aller vivre dans une maison de retraite. C’est une Dame qui s’habille chaque matin avec beaucoup d’élégance, les cheveux toujours bien coiffés et un léger maquillage.

Après de nombreuses heures d’attente dans le hall de sa nouvelle demeure, elle a souri gentiment quand on lui a dit que sa chambre était prête. Alors qu’elle manœuvrait son déambulateur jusqu’à l’ascenseur, je lui ai fait une description visuelle de sa minuscule chambre, y compris les rideaux à œillets qui avaient été accrochés à sa fenêtre. « J’adore », a-t-elle déclaré avec l’enthousiasme d’un enfant de huit ans à qui on vient de présenter un nouveau chiot.

« Mme Jones, vous n’avez pas vu la chambre…, attendez. »

« Ça n’a rien à voir », a-t-elle répondu. « Le bonheur est quelque chose que l’on décide à l’avance. Que j’aime ou non ma chambre ne dépend pas de la façon dont les meubles sont disposés, c’est la façon dont je dispose mon esprit. J’ai déjà décidé de l’aimer. C’est une décision que je prends chaque matin en me réveillant. J’ai le choix. Je peux passer la journée au lit à raconter les difficultés que j’éprouve avec les parties de mon corps qui ne fonctionnent plus, ou sortir du lit et être reconnaissant pour celles qui fonctionnent. Chaque jour est un cadeau, et tant que mes yeux seront ouverts, je me concentrerai sur le nouveau jour et sur tous les souvenirs heureux que j’ai emmagasinés, pour chaque période de ma vie. »

Elle a poursuivi en expliquant : « La vieillesse est comme un compte en banque, on retire ce que l’on a mis. Donc, mon conseil serait de déposer beaucoup de bonheur sur le compte bancaire des souvenirs. Merci d’avoir contribué à remplir ma banque de souvenirs… »

Auteur inconnu